La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

Le bref été est une compagnie théâtrale. Pour employer un mot tombé en désuétude : une troupe.

Le bref été est aussi la durée poétique et concrète d'un travail.

Depuis plus de 10 ans, un groupe dessine, murit et affirme un chemin. Qui a commencé quand des spectacles furent initiés en son nom par Lazare Gousseau, aux côtés de Marie Luçon, Raphaël Parseihian, Didier Payen et Thibault Taconet.

 

Comme la description d’un paysage lors d’une halte, nous pouvons dire que :

Le bref été se fait à plusieurs. Et si, notamment au travers des deux spectacles au long cours que sont Pylade et Calderón, une petite quarantaine de personnes l’ont arpenté, le groupe se compose aujourd’hui d'une quinzaine d’artistes sur et autour du plateau.

De 2009 à 2016, un lieu a abrité le travail à Bruxelles. Carthago s’est voulu un espace de création, de résidences, de répétitions, une mise en commun d’un outil de travail. Nous avons fermé ce lieu, mais aujourd’hui il laisse son empreinte dans les rencontres et les aventures théâtrales qu’il a permises.

Le bref été travaille à partir du texte et de l’interprétation : interprètes comme le sont un traducteur, un instrumentiste ou un acteur, et surtout interprètes dans le désir de porter et de rendre accessible une parole poétique engagée.

Le bref été cherche à passer entre les oppositions de registres, tragique, comique, savant, populaire, etc. Nos histoires se nouent dans la dynamique de ces oppositions. Il s’agit de créer un temps-brèche dans l'histoire : pour desserrer l'étau entre la prophétie et son inéluctable accomplissement, un autre régime du temps où nous ne sommes plus réduits à l'impuissance.

En somme, dans ses spectacles, le bref été a quelques manies : la perméabilité des registres, l’ambiguïté, la polyphonie… qui toutes visent, non pas à délivrer un message établi, mais à produire un sens dont un.e autre puisse se saisir.

Dans sa durée, le bref été peut toujours recommencer car il est lié au cycle antique des saisons. C’est ainsi qu’après une décennie, la troupe aborde ses spectacles créés et à venir comme un répertoire, avec l’ambition de toujours les réinventer.